Executive Coaching & Formation

Vos enjeux, notre expertise

Inspiration sport : 3 conseils empruntés à J.W. Tsonga.

 

Il n’est pas parvenu à se qualifier pour la finale de Roland-Garros en juin dernier, malgré une demi-finale disputée face à S. Wawrinka au cours de laquelle bon nombre d’entre nous ont retenu leur souffle, espérant la victoire du Français. Et pourtant le parcours de Tsonga tout au long du tournoi est fort intéressant à décrypter sous l’angle du développement de l’athlète et des parallèles possibles avec le développement des dirigeants.

 

Car en effet, Tsonga a changé, et ce sont autant les progrès techniques que les changements  comportementaux que les observateurs ont eu l’occasion de souligner pendant le tournoi, signe que le champion a probablement entrepris de travailler sur ces deux aspects pour booster son niveau de jeu.

 

Du coaching des sportifs au coaching des dirigeants, c’est précisément de ce développement complémentaire des compétences et du comportement que nous retirerons 3 conseils inspirés du Roland-Garros de Tsonga, et applicables au développement du leadership :

 

1. Soigner son attitude 9853695 s 44dfe

 

« Enfin un autre visage » titrait l’Equipe le 5 juin dernier. C’est en effet avec une nouvelle attitude que Tsonga a abordé le tournoi, faisant « une très forte impression dans le jeu mais aussi dans sa gestion des événements », et dégageant d’après T. Tulasne « de la sérénité et de la confiance malgré le manque de victoires avant le tournoi ». « La nouvelle attitude du Français lors des changements de côté, associée à sa plus grande sérénité sur le court, intrigue » d’après le quotidien sportif. Une attitude qui intrigue en effet au point que les observateurs spéculent sur le type de préparation à l’origine de tels changements…

 

2. Travailler son mental

 

Sophrologie, minfulness, relaxation, visualisation ? Nous avons pu observer le joueur profiter de chaque pause ou interruption de match pour se réfugier dans une posture de quelques instants, yeux fermés, manifestement centré, avant de reprendre le cours du jeu. « Que voit-il quand il ferme les yeux ? » s’interrogeait l’Equipe pendant le tournoi ; cela n’appartient qu’à lui, et néanmoins cette nouvelle habitude témoigne forcément d’un travail particulier sur le mental pour le champion. L’occasion de rappeler les bienfaits de toutes les techniques consistant à se centrer sur l’instant présent, à évoluer en pleine conscience dans un objectif de concentration, de gestion du stress ou de la pression liée aux enjeux.

 

3. Exprimer ses émotions

 

Enfin, le parcours de Tsonga à Roland-Garros restera marqué par le lien affectif restauré entre Tsonga et son public, ainsi que par le « Roland je t’aime » écrit sur la terre battue à l’issue de sa victoire face à Nishikori. Là où son coach Thierry Ascione parle de « valeur ajoutée », pour Jo-Wilfried il s’agissait simplement de quelque chose de sincère, d’une façon de remercier les spectateurs pour leur soutien. Si le nombre des questions et commentaires sur le geste de Tsonga - « mais pourquoi a-t-il fait ça ? » - illustre combien, culturellement, l’expression du ressenti ne va pas de soi, rappelons que les émotions constituent une ressource précieuse, parfois même la clé de voute pour le développement de l’efficacité personnelle ou du leadership, et une forme d’intelligence reconnue en tant que telle.

 

Tsonga a peut-être perdu sa demi-finale, mais sur le chemin d’une nouvelle ascension, il a gagné nos cœurs. Une victoire pour celui qui, au cours des derniers mois, a souvent souffert du désamour du public.

 

Revenir à la Newsletter de Juillet 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

b